Download E-books Gaby Bernier, Tome 2: 1927-1940 PDF

By Pauline Gill

Gaby Bernier : los angeles «Coco Chanel du Québec » !

À l. a. fin des années 1920, le Salon Gaby Bernier a le vent dans les voiles. Il offre des tenues originales et des confections à partir de matériaux jusque-là méconnus. Par son audace, Gaby clothes l’attention de l. a. société montréalaise.

Célibataire, elle voyage régulièrement en Europe, adopte un enfant, et vit une histoire d’amour avec Pit Lépine, joueur renommé du Canadien de Montréal.

Elle ose même porter ses propres créations lors de son défilé de mode au Ritz Carlton et en verse les earnings au Children's Memorial health center.

Show description

Read or Download Gaby Bernier, Tome 2: 1927-1940 PDF

Similar Canadian Literature books

Clara Callan: A Novel

In a small city in Canada, Clara Callan reluctantly takes depart of her sister, Nora, who's certain for brand new York. it is a time while the starting to be risk of fascism in Europe is a continuing fear, and folks break out from fact via radio and the flicks. in the meantime, the 2 sisters -- significantly various in character, but inextricably associated through a shared previous -- attempt to locate their locations in the complicated net of social expectancies for younger ladies within the Thirties.

The Polished Hoe: A Novel

While Mary-Mathilda, the most revered ladies of the island of Bimshire (also referred to as Barbados) calls the police to admit to a criminal offense, the result's a shattering all-night vigil that brings jointly components of the island's African previous and the tragic legacy of colonialism in a single epic sweep. Set within the West Indies within the interval following global conflict II, The Polished Hoe -- an Essence bestseller and a Washington put up ebook international so much useful ebook of 2003 -- unravels over the process twenty-four hours yet spans the collective adventure of a society characterised via slavery.

The Stone Carvers

In 1867 a good-natured Bavarian priest, is shipped by means of God and mad King Ludwig to the wilds of North the United States. quickly the backwoods are remodeled right into a parish and the settlers right into a congregation, and Joseph Becker, a woodcarver, meets his destiny spouse. numerous many years later, Joseph Becker teaches his astonishing carving abilities to his grandchildren.

A World Elsewhere

Beloved writer Wayne Johnston returns to the territory of his number one nationwide bestseller The Colony of Unrequited desires with this sweeping story of ambition, regret and hope.
 
A international in other places is an superb paintings of literature with all of the hallmarks of Wayne Johnston's such a lot cherished and acclaimed novels: outsiders longing for attractiveness, goals that threaten to overpower their makers, and not going romance. the thrashing middle of this tale is the touching courting among a father and his followed son. This sweeping story immerses us in St. John's, Princeton and North Carolina on the shut of the nineteenth century. Landish Druken is an impressive determine: broader than so much doors, quick-witted and sharp-tongued. As a scholar at Princeton, he's befriended through Padgett "Van" Vanderluyden, son of the wealthiest guy in the United States. Years later, while Landish and his son flip to Van for support, he invitations them to his self-constructed fortress and pulls them into his net of lies and deceit.

Additional resources for Gaby Bernier, Tome 2: 1927-1940

Show sample text content

Tu ne vas pas le laisser filer, ce gars-là. Tu ne pourras jamais trouver mieux. Un homme qui a plein de fric, une belle apparence et de l. a. notoriété. — Il ne me parle jamais d’avenir. Ça m’inquiète. — Fais-le, toi, si tu trouves qu’il tarde trop. Les filles sont bien plus habiles que les hommes dans ce style de discours. Si les inquiétudes financières ne l. a. touchaient pas personnellement, Gaby n’ignorait pas que nombre de familles en souffraient. Des veuves, principalement. Celle d’Henri Taupier recevait l’aide de ses beaux-parents, mais ce n’était pas suffisant pour couvrir ses propres besoins en santé. En fin d’après-midi, Gaby confia los angeles supervision du Salon à Éva et se rendit au eleven de los angeles rue Sherbrooke Est, où elle trouva l. a. jeune veuve blafarde, abattue par l’épuisement et le chagrin. Elle ne vit qu’un des deux garçons, l’aîné étant confié à ses grands-parents Taupier. Le nez collé à los angeles fenêtre, le garçonnet de six ans attendait son papa. Reconnaissant Gaby, il courut vers elle. — Tu sais, toi, quand il reviendra, mon papa ? lui demanda-t-il, sa major enchâssée dans los angeles sienne. — C’est seulement son corps qui est parti, mon petit Jean. Son cœur et son âme sont encore avec toi, ta maman et ton grand frère, n’est-ce pas, Mme Taupier ? Étonnée de s’entendre tenir de tels propos, Gaby fut soulagée de recevoir l’acquiescement de los angeles veuve. — Ton papa nous voit, mais nous, on ne peut pas le voir. C’est comme le vent… expliqua Gaby. Tu comprends ? Tu le sens, mais tu ne peux pas le toucher. � C’est grand-maman Louise-Zoé qui me parlait comme ça », se souvint Gaby. Jean s’était rapproché de sa mère. — C’est vrai, ce que Mlle Gaby a dit ? — On a le droit de le croire, mon petit homme, répondit sa maman, avec un doute perceptible à l’oreille de Gaby. D’un des deux sacs qu’elle avait apportés, Gaby sortit un casse-tête illustrant des chevaux broutant sous un soleil radieux. — Vous allez m’aider, Mlle Gaby ? — Bien sûr, lui promit-elle, avec l’intention de captiver l’enfant pour mieux converser avec sa mère. Le contour du puzzle mis en position, Gaby défia Jean de trouver le plus de pièces attainable. Un échange s’engagea dès lors entre les deux adultes. los angeles query financière fut los angeles première abordée. — Le gouvernement devrait supporter davantage nos familles, plus encore les veuves et les orphelins, Mme Taupier. Mon frère Donio, qui lit tous les journaux, m’apprenait que dans les années vingt, on en parlait déjà à los angeles Société des international locations. On aurait confié au Canada l. a. tâche d’examiner los angeles query. Comme le will pay n’a pas ecu le soutien nécessaire, il n’a pas recommandé qu’on en fasse une loi. Le Québec non plus. Pendant ce temps-là, les familles éprouvées par l. a. maladie ou los angeles mort en arrachent. — Vous parlez comme si vous l’aviez vécu, s’étonna l. a. veuve Taupier. — Je l’ai vécu, madame. Votre mari ne vous en a jamais parlé ? Rachel Taupier hocha l. a. tête, sans plus. — Orpheline de père à l’âge de huit ans, j’ai moveé près de dix ans dans un orphelinat pour pauvres. Toute une épreuve pour ma jeune sœur et moi, mais pire pour moi… Si ma grand-maman n’avait pas été malade, j’aurais pu en être exemptée, ajouta Gaby, des regrets dans los angeles voix.

Rated 4.91 of 5 – based on 27 votes