Download E-books Un homme de tempérament PDF

By David Lodge

De sa plume claire, légère et drôle, David hotel nous fait découvrir l'époque de H.G. Wells, celle de l'expansion du socialisme et des théories féministes mais aussi de los angeles bombe atomique.

Show description

Read Online or Download Un homme de tempérament PDF

Best British Literature books

Henry and Cato

This can be the tale of 2 prodigal sons. Henry returns from a self-imposed exile in the United States to an unexpected inheritance of wealth and land in England and to his mom. His good friend Cato is suffering from passions, one for a God who may well or would possibly not exist, the opposite for a petty felony who could or will not be able to salvation.

A Word Child

After years of obscurity in a Bayswater flat, Oxford graduate Hilary Burde ha the chance to catch up on a grievous offense which he devoted twenty ye previous.

The Infernal Desire Machines of Doctor Hoffman

The transformation of Desiderio's urban right into a mysterious country is prompt: Hallucination flows with magical velocity in each mind; avenues and plazas are unexpectedly as fertile as fairy-book forests. And the evil comes, too, as imaginary massacres fill the streets with blood, the useless go back to question the dwelling, and profound anxiousness drives hundreds and hundreds to suicide.

The Moonstone (Penguin Classics)

"When you seemed down into the stone, you appeared right into a yellow deep that drew your eyes into it in order that they observed not anything else. "The Moonstone, a yellow diamond looted from an Indian temple and believed to convey undesirable good fortune to its proprietor, is bequeathed to Rachel Verinder on her eighteenth birthday. That very evening the worthwhile stone is stolen back and while Sergeant Cuff is introduced in to enquire the crime, he quickly realizes that nobody in Rachel’s loved ones is above suspicion.

Additional info for Un homme de tempérament

Show sample text content

Il dispensait ses conseils littéraires à Rosamund au cours de bavardages confidentiels, tout en se délectant des louanges qu’elle lui prodiguait sur son propre travail. Elle ne réussit jamais à mettre en forme l’histoire de l. a. tête de Thomas extra au aspect de los angeles lui montrer, mais elle lut bel et bien le chapitre sur le mariage dans Utopie. � Et qu’avez-vous pensé de l’idée que les qui envisagent le mariage puissent se montrer nus l’un à l’autre avant de s’engager ? » lui demanda-t-il. � J’ai trouvé que c’était une drôlement bonne idée, répondit-elle. Je n’y verrais aucun inconvénient, si c’était fait dans les règles, comme dans le livre, en présence de chaperons. Qu’en pensez-vous, Mr Wells ? » � Je pense qu’il y aurait beaucoup moins de mariages malheureux si telle était l. a. coutume dans notre société, observa-t-il, mais les Anglais sont tellement prudes sur l. a. query de los angeles nudité. » � Oui, j’ai call foré à Iris si elle n’aimerait pas voir son Austin tout nu avant de se fiancer à lui et elle m’a dit de ne pas être dégoûtante. Et dire qu’elle passe son temps aux Beaux-Arts à dessiner des modèles nus ! Enfin, pas tout à fait nus. » Elle gloussa. � Apparemment, les hommes portent des petits étuis. » � Et que pensez-vous du reste de l’Utopie de More ? » demanda-t-il. � Je ne l’ai hélas pas trouvé très intéressant. Je préfère de loin votre Utopie. l. a. fin, quand ils se retrouvent dans cette Londres sordide, est tellement merveilleuse. » Alors que ce même jour, de retour de l’Autre Maison, ils arrivaient chez eux, Jane, qui l’avait surpris en grande dialog dans le jardin avec Rosamund, le mit en garde : � J’espère que tu vas te montrer raisonnable avec cette jeune fille. » � Ne t’inquiète pas, ma chérie, l. a. rassura-t-il. C’est une fille charmante, mais je ne suis pas amoureux d’elle. » � Ce qui m’inquiète, c’est qu’elle tombe amoureuse de toi, rétorqua Jane. Il serait dommage que quelque selected vienne perturber l. a. belle relation que nous avons avec les Bland. » � Sois sans crainte, je suis entièrement d’accord », los angeles tranquillisa-t-il. Et c’était vrai. Il y avait manifestement entre les deux familles une symbiose bénéfique aux écrivains au sein de chacune. En octobre Jane l’accompagna à good corridor pour l. a. première fois, et ils y séjournèrent un week-end qui se passa très bien, Edith écrivant plus tard : � Oh mes chers amis – oh mes chers amis chéris ! Vous deviez, durant ce bon week-end, être porteurs de quelque vertu, automobile de manière tout à fait inattendue, et avec une soudaineté réjouissante, voilà que j’en ai terminé avec The Railway teenagers, qui repose sur mes vieilles épaules voûtées depuis bientôt un an !!! Merci, merci. Cette lettre, comme vous le sentez bien, est un roofer ! » En décembre Edith lui envoya un exemplaire de presse de The Railway teenagers. Il s’installa dans son bureau et le lut d’une traite, rapidement d’abord, repassant dans sa tête les premiers chapitres qu’il avait lus sous forme de feuilleton, puis plus lentement et avec délectation. Il avait vu juste : c’était en effet le chef-d’œuvre d’Edith.

Rated 4.41 of 5 – based on 45 votes